Dialectique éristique ou l’art de donner toujours tort à Alexis Escudero

Cette petite brochure a été distribuée pour la première fois au Salon des éditions libertaires de Lyon, le 22 novembre 2014. Pour voir le fichier mis en page, c’est ici !

« Dialectique éristique ou l’art de toujours donner tort à Alexis Escudero » par Arthur Shopenhanar

suivi de :

« Florilège de citations sur Alexis Escudero et La reproduction artificielle de l’humain. »

Si vous lisez La reproduction artificielle de l’humain à haute voix,

vous sentirez mauvais de la bouche. No pasaràn !

Alexis Escudero a publié récemment La reproduction artificielle de l’humain. Selon lui : « PMA et GPA ne signifient pas l’égalité des minorités et des majorités sexuelles dans leur rapport à la procréation mais la soumission de tous et toutes à l’institution médicale, à l’État, à l’économie, et à la tyrannie technologique. A rebours des positions tenues par la gauche ces deux dernières années, les partisans de la liberté et de l’émancipation doivent s’opposer à la reproduction artificielle de l’humain, et à ce qu’elle implique inévitablement : eugénisme, marchandisation des corps et du vivant, manipulation génétique des embryons, transhumanisme. »

Vous avez tous une bonne raison d’en vouloir à Alexis Escudero ! Vous pensez que c’est un crypto-fasciste, c’est à dire qu’il ne pense pas comme vous. Son livre vous rappelle les heures les plus sombres de notre histoire. Vous êtes d’accord avec lui mais ne voudriez pas passer pour un con-vaincu. Vous ne l’avez pas lu – ou pas compris – mais vous n’êtes pas d’accord. Vos copains ne sont pas d’accord. Vous défendez la PMA – c’est à dire l’eugénisme et la marchandisation du vivant. La perspective de passer pour un transhumaniste vous amuse plutôt. Vous voudriez faire taire Escudero. Vous manquez d’arguments. Vous ne parvenez pas à vous hisser à la hauteur du débat politique.

Ces quelques stratagèmes sont fait pour vous. No pasarán !

Stratagème I – Ce n’est pas le moment

Ce n’est jamais le bon moment. Vous l’avez finement analysé : les années 30 sont de retour. (Ok, on vous l’a un peu soufflé, mais faites comme si). La crise économique. Le fascisme rampant. La montée du FN. Dans ce contexte, toute pensée peut faire le jeu de l’extrême droite. En fait, la pensée est l’ennemie. Mieux vaux rester uni-e-s, taire les désaccords, et continuer à communier dans notre bulle radicale. Laissez la réflexion et l’initiative aux cathos intégristes, aux homophobes et à l’extrême droite. Planquez les sujets complexes sous le tapis, d’autres s’en occuperont plus tard. (Et si vous regardez ailleurs qui peut prétendre que ce sont des problèmes ?) Gardez-vous des péchés de réflexion et d’autonomie de pensée. Veillez sur les consciences de vos camarades. Dans cette croisade pour interdire tout débat, la Manif pour tous est votre meilleure alliée.

Stratagème II – Recourez à l’insulte

Shopenhauer : « Lorsque l’on se rend compte que l’adversaire nous est supérieur et nous ôte toute raison, il faut alors devenir personnel, insultant, malpoli. Cela consiste à passer du sujet de la dispute (que l’on a perdue), au débateur lui-même en attaquant sa personne : on pourrait appeler ça un argumentum ad personam. […] En devenant personnel, on abandonne le sujet lui-même pour attaquer la personne elle-même : on devient insultant, malveillant, injurieux, vulgaire. […] C’est une stratégie très appréciée car tout le monde peut l’appliquer, et elle est donc particulièrement utilisée. » (L’art d’avoir toujours raison)

Rappelez-vous que le langage est performatif : si vous dites qu’Escudero est homophobe, il le devient ! La réalité (qui n’existe pas) se plie à vos fantasmes. Pour disqualifier l’auteur sans argumenter, lâchez les adjectifs : fasciste, homophobe, lesbophobe, transphobe, naturaliste, essentialiste, réactionnaire, masculiniste, anti-féministe… « Confusionniste » est le mot en vogue : il permet de masquer votre propre confusion. Il a succédé à « déviationniste » et à « hérétique ». « Craignos », on ne sait pas trop ce que ça veut dire. Et justement vous ne savez pas trop ce que vous voulez dire. Valorisez le champ lexical de l’odorat (ça pue le mort / le rance) et du dégoût (« beurk » est plus efficace qu’un paragraphe argumenté). L’insulte est plus classe quand le commun des mortels ne la comprend pas. Si l’auteur est « LGBTQIphobe », ça doit être grave ! Si l’on vous demande d’argumenter, répondez d’un air outré que « vous ne faites plus de pédagogie ! ».

Stratagème III – Falsifiez les propos de l’auteur

D’aucuns ont montré l’exemple : la mauvaise foi est votre meilleure arme. Oubliez vos scrupules, ils sont les résidus de 2000 ans de culture judéo-chrétienne. Citez un passage de la Reproduction artificielle de l’humain à propos de bovins, et faites comme s’il concernait les humains. Insistez alors sur le manque d’empathie d’Escudero pour les couples recourant à la PMA. Reprenez un passage sur l’infanticide – le meurtre d’un enfant après sa naissance – et donnez à croire que l’auteur s’oppose à l’avortement et au droit des femmes à disposer de leur corps. Laissez faire le temps et la rumeur. Répandus de sites internet en sites internet – par des naïfs ou des complices -, les propos inventés commencent à faire foi. Per-for-ma-tif vous dit-on !

Stratagème IV – Ne vous arrêtez pas en si bon chemin : le réel aussi peut être falsifié

Vous savez que la PMA recouvre à la fois l’insémination artificielle et la fécondation in vitro. Les associations LGBT qui revendiquent explicitement l’accès à « toutes les techniques d’aide à la procréation3 » le savent aussi. Mais la réalité est fasciste et tout dépend du point de vue où l’on se place. Comme la Section Carrément Anti Masculiniste de Paris, déclarez à votre guise que les associations LGBT n’ont jamais demandé la généralisation de la PMA, sinon la simple possibilité de recourir à un don de sperme. N’ayez peur de rien : vous pouvez même affirmer qu’« en France la PMA n’est qu’un don de sperme » ! Ainsi Escudero passe pour un paranoïaque lorsqu’il explique que l’extension de la PMA à tous et toutes signifie – comme aux Etats-Unis – la possibilité pour l’ensemble des couples fertiles de recourir à la fécondation in vitro et donc au diagnostic pré-implantatoire ; ce qui leur permettra de designer au mieux leur progéniture. Quoique vous racontiez, déformez, grossissez. A Lille, 15 personnes lisent un texte au début d’une conférence d’Escudero avant de quitter la salle ? Faites-en 4 articles sur internet ! (1 récit pour 4 participants est un score honorable). 5 autres perturbent un débat à Paris pendant 30 minutes : prétendez que le débat n’a pas eu lieu. On a certes les victoires qu’on peut. Mais on peut lutter pour les rendre moins risibles.

Stratagème V – Menez une guerre de position

Dans le post-débat post-moderne, la Vérité n’existe pas. Tout dépend de la position de celui qui parle. Pourfendez l’universalisme abstrait et les règles du débat démocratique. Ne jugez pas les propos, – c’est trop compliqué –, mais celui qui les énonce. Brandissez votre position de dominé : vous êtes intouchables. Dénoncez chez vos contradicteurs les privilèges blancs, masculins, cisgenres, hétérosexuels, valides, bourgeois, âgiste (et d’autres que vous oubliez sûrement à cause de vos propres privilèges). Vous seuls avez le droit de vous exprimer sur certains sujets. La politique n’est plus que la défense des intérêts particuliers. Méfiez-vous toutefois qu’il n’y ait pas dans la salle une transgenre, noire, lesbienne, jeune et handicapée qui tiendrait les mêmes propos qu’Escudero. Son discours serait irréfutable. Enfin, n’insistez pas sur les classes sociales. Vos chefs et maîtres à penser fondent leur légitimité et leur carrière universitaire sur leur statut de « dominés ». Il serait mal vu de suggérer qu’ils sont avant tout des héritiers, détenteurs du capital économique et culturel – c’est à dire des dominants.

Stratagème VI – A fond la forme !

Eugénisme, marchandisation du vivant, transhumanisme, écologie politique : le fond du débat ne vous intéresse pas. (De toute façon vous avez renoncé à comprendre le monde pour le transformer.) Concentrez vos attaques sur la forme. Confondez critique radicale et mépris, clarté de l’expression et agressivité, tranchant et violence. Lisez chaque passage ironique au premier degré et indignez-vous de ce que vous comprenez – ou de ce que vous ne comprenez pas ; l’important est de s’indigner. « Déguisez en un simple désaccord » sur le style et l’écriture « ce qui est, en vérité, un conflit sur une conception de la société ; et une guerre ouverte dans la société réelle. » (Debord)

Stratagème VII – Mais faites-le taire !

Escudero publie un article sur internet ? Hurlez au scandale. Feignez d’être choqué. Blessé. Meurtri. Terrassé. Retenez votre respiration et devenez tout rouge jusqu’à ce qu’on vous donne satisfaction. Rappelez-vous qu’il y a ceux qui connaissent les modérateurs des médias (dits) libres, et ceux qui ne les connaissent pas. En dernier recours, copinage ou pression permettent d’effacer des articles sans explication. Inquiétez et culpabilisez les organisateurs de débats publics. Si Radio Canut prévoit une interview d’Escudero, débrouillez-vous pour la faire annuler. Voltaire : « La paix vaut encore mieux que la vérité ».

Stratagème VIII – Surtout, surtout : ne lisez pas la Reproduction artificielle de l’humain d’Alexis Escudero aux éditions Le monde à l’envers.

Arthur Shopenhanar Lyon, 22 novembre 2014

PS : ce texte est perfectible mais je considère que j’ai passé déjà suffisamment de temps à contrer les problèmes causés par ce livre, son auteur et ce débat.

***

Florilège de citations sur Alexis Escudero et La reproduction artificielle de l’humain

« Le peu que j’ai lu de M. Escudero me semble en effet très sexiste. »

« Je m’affole de voir ce genre de texte publié sur Rebellyon, je croyais que le but d’avoir une presse libre, indépendante et positionnée était justement pour CONTRER ce genre de propagande réactionnaire que l’on trouve dans les médias du capital. Comment se fait-il que Rebellyon visibilise CA !! […] VIVE la PMA !! »

« Je n’ai pas tout lu, c’est assez gerbant. mais ça baigne dans l’homophobie. »

« Pour nous il est inadmissible qu’un homme blanc cis hétéro universitaire produise une critique des technologies de reproduction et des positions lgbtqif sans interroger les privilèges dont il bénéficie. »

« Alexis Escudero lesbophobe, l’Insoumise complice ! Alexis Escudero est proche de PMO, bien connu pour ses positions bien réacs. Il a publié sur tous les médias libres, le jour même où les fascistes de la Manif pour tous descendaient une nouvelle fois dans la rue, un texte conchiant la revendication des lesbiennes pour le droit à la PMA. […] Machistes, lesbophobes, homophobes, transphobes, hors de nos vies ! Anarchoppresseurs, vous ne valez pas mieux que les fascistes, et la révolution ne sera pas la vôtre. »

« Mais t’es un ouf toi de croire que les gens ici vont soutenir ce tissu de merde ! On en a rien a taper de ton avis sur la PMA et VIVE LA PMA […] Ici, nos camarades, allié-es, frères et soeurs LGBT qui luttent chaque jour contre cette sale société française ! On en a rien à foutre de lire les conneries sordides de ce gros connard et des gens qui le soutiennent. »

« Si la méthode consiste à proposer encore et toujours la même chose jusqu’à que [sic] les personnes changent d’avis, c’est à la limite du harcèlement. [Je suis] pour refuser ce texte et acter que les propositions d’Escudero au sujet de la PMA soit refusées sans plus avoir à en débattre. C’est même plus une question de fond, mais une question de méthode pour moi. »

« Merci de retirer de ce site censé ne pas être d’extrême droite la publicité ci dessus pour un livre homophobe et transphobe, confusionniste et réactionnaire. Nos corps et nos vies n’appartiennent qu’à nous même, retirez vos sales pattes et vos théories douteuses pseudo écolo de nos vies, n’en déplaise à pièces et main d’œuvre »

« Un article complètement craignos, réac, qui gerbe sur les personnes ayant recours à une PMA. »

« Plutôt du côté des machines que de cette « radicalité » qui pue le soralien »

« Comme tous les homophobes l’auteur a sa « bonne lesbienne » qui tient des propos en accord avec les siens : Marie-Josèphe Bonnet, une ex « Gouines rouges » une militante de la première heure du mouvement lesbien qui est a opposée [sic] au mariage. Insoupçonnable mais Oh wait ! Google sur Mme Bonnet apprend des trucs : son obsession est de réhabiliter la « Hyène de la Gestapo » qui aurait été décriée par des témoins qu’elles aurait torturés, des femmes, qui sont aujourd’hui décédées. Il aurait fallu, je pense que l’auteur prenne quelque distance avec cette historienne flirtant avec le révisionnisme. »

« Le fait qu’on retrouve de la pub pour Escudero sur des sites de La Manif Pour Tous, des blogs anti-IVG, ou encore sur un site qui dénonce les chemtrails ça devrait au minimum questionner sur le contenu censément pas du tout réac de son bouquin. »

« En l’occurrence, sur la question de la GPA et de la PMA, la réflexion ne peut pas se faire en invisibilisant le privilège cis-hétérosexuel par rapport à la reproduction. […] Nous vous invitons donc à ne pas assister à la discussion de ce soir. »

« Il n’y a pas de débat de fond à avoir avec les réacs, pas plus qu’il n’y a débat à avoir avec des flics, des fafs ou les curés. Tout n’est pas discutable, tout ne se débat pas. En considérant que cet article et cette personne a sa place sur son site, Rebellyon a choisit son camp. Nous en prenons acte. »

« Utiliser l’expression « mariage homosexuel » au lieu de « mariage pour tous » et l’idée que le gouvernement chercherait à « divertir l’opinion de sa politique économique » sont des arguments issus de l’extrême droite. »

« [A propos d’Escudero] Nous n’avions pas encore découvert le petit mec super nerveux et agressif qui faisait un caca avant la rencontre parce qu’on avait mis un porte-bébé trop près de sa chaise. (T’as quelque chose contre les bébés ? Celui-là n’était pas assez naturel ? Faut faire un peu de yoga, ça t’éviterait de transpirer la violence ou de de respirer trop fort devant Ruth Stegassy sur France Culture. […] Dehors un contributeur à l’An02 […] se casse la tête pour essayer de retrouver où il a croisé le visage de notre écrivain omniscient. Et puis il abandonne : « Y’a rien qui ressemble plus à un skin qu’un autre skin. » »

Et OUI, ce livre est ANTIFEMINISTE et LGBTPHOBE, va-t-il falloir qu’on perde du temps à expliquer pourquoi alors que ça saute aux yeux ?

« Pour notre part nous ne sommes pas encore revenus d’un tel concentré de sexisme, de lesbophobie et de beauferie assumée. »

« Dans son livre, on ne voit aucune prise en compte du poids médiatique et législatif actuel des associations de défense des droits des pères qui revendiquent une paternité à la carte. Rappelons notamment que les masculinistes nient la violence masculine sur les femmes et les enfants, revendiquent de ne plus payer les pensions alimentaires et remettent en question le droit d’avorter des femmes. »

« Ta critique de ce texte me confirme plutôt que je fais bien d’éviter ce pamphlet masculiniste emplit de conneries antiféministes et antilgbt »

« Franchement à force de taper sur la gauche, certaine tendance virent de plus en plus bizarre… Sur le reste ça sent vraiment le « avant c’était mieux » qui pue la mort. […] Franchement on en a quoi à foutre que les gentils humain purs puissent plus se reproduire ? Le but de l’être humain c’est de se reproduire ? C’est quoi cette morale de catho ? »

« Les positions avancées dans ce texte sont primitivistes, […] sont anti-féministe (puisqu’on déni ainsi le droit des femmes à disposer de leur propre corps) et homophobes et transphobes (puisqu’un mec cis hétéro se permet d’avoir un avis sur comment des lgbt peuvent ou non avoir des enfants). si il faut réexpliquer tout ça, c’est grave. On ne peut pas constamment demander à des personnes concernées de faire dans la pédagogie. »

« Bref, heureusement, on sait qui a fait venir cette raclure de fond de bidet… C’est [le nom est masqué] ! Et j’ai un bel emplacement pour ses testicules au dessus de ma cheminée »

Publicités